Alpha Kilo Bit

Point de vue non-notoire sur Wikimedia, l'informatique, la vie et le rugby

Archives de la catégorie “GLAM”

Où donner ses propres fonds ? Cas de photos de la guerre d’Indochine

Je suis en train de récupérer un ensemble de photographies que mon grand-père avait réalisé lorsqu’il a été combattre lors de la guerre d’Indochine. Je ne sais pas encore si je vais pouvoir les avoir physiquement et donc réellement les donner, mais en attendant, je les numérise et aimerais bien qu’elles soient vues et surtout que tout chercheur / étudiant / passionné d’histoire qui s’intéresse au sujet puisse s’en emparer. Pour l’instant, elles sont déjà sur Commons, et l’une d’elle illustre déjà un article de Wikipédia. Je répertorie ici les suggestions qu’on m’a faite pour les faire circuler plus :

Soldats français sur la route Saigon / Da Lat

Dépôts physique

Pour le choix du dépôt physique, en bonne libriste, j’aurai énormément de mal à les confier à une institution qui ferait du copyfraud, ie qui s’arroge régulièrement des droits de propriété intellectuelle qu’elle n’a pas pour freiner la diffusion de photos numérisées. Si ce n’est pas pour que les photographies voyagent le plus possible, autant que je les garde dans un carton au fond d’un buffet, même si évidemment n’importe quelle institution officielle offre de plus sérieuses garanties de conservations que ma demeure. Accessoirement, je trouve que la grande variété de lieux qui peuvent légitiment accueillir un fond donné montre qu’il faut absolument que les versions numérisées soient le plus libres possibles afin qu’elles soient accessibles par toutes le maximum de portes d’accès.

Dépôts en ligne

  • Medihal
  • Wikimedia Commons
  • Flickr
  • Tumblr

Pour les dépôts en ligne, ce qui m’étonne c’est le faible nombre d’archives institutionnelles par rapport aux archives privées et à leurs capacités. Je ne sais pas trop si le double versement Commons/Flickr est utile, mais je sais que Tumblr peut offrir une énorme visibilité aux images.

Si vous avez d’autres suggestions ou des commentaires / avis sur les différentes possibilités, n’hésitez pas à les poster en commentaire 🙂

Publicités

Wikipedia est un réseau social

Certes, Wikipédia n’est pas facebook, mais il est un réseau social dans le sens où son efficacité dépend de la collaboration de ses participants. Ceci est très différent de l’univers des GLAM, où les personnes ne se parlent pas forcément.

L’avenir des GLAM est de créer des communautés autour de leurs collections plutôt que de faire venir des visiteurs regarder les expositions et repartir. Les GLAM ne peuvent plus être passives et attendre que les visiteurs viennent à elles, elles doivent être actives et attirer à la fois de nouveaux publics et trouver de nouvelles formes de collaboration entre elles ou avec le mouvement Wikimedia. Le retour d’expérience des wikimédiens permet aux communautés de s’organiser de manière à favoriser ces collaborations. Le but au final n’est pas d’exploiter de nouveaux outils juste pour les outils, mais afin de créer de nouvelles conversations.

Projets GLAM et Wikimedia

La responsable « nouvelles technologies » aux archives nationales des Etats-Unis explique que Wikipédia a non-seulement sauvé le monde mais a fait d’elle « une mauvaise mère » et que sa fille a eu un débat avec son professeur grâce à l’encyclopédie en ligne.

Les archives nationales, ce sont 10 milliards de textes, des millions de médias, 3500 salariés. Depuis dix ans, en pleine reflexion sur sa présence en ligne. « Qui vous êtes est qui vous êtes en ligne ». Au 21ème siècle, ce qui a changé ce n’est pas la mission de l’institution, mais la manière dont elle la remplit.

Evidemment, tout le monde à la NARA n’était pas enthousiaste à l’idée d’avoir une politique plus ouverte : il y avait aussi beaucoup de personnes sceptiques, voir carrément hostiles.

Pour l’instant, 90 000 images ont été versées sur WikiCommons et il a été organisé un « scanathon » (un samedi matin consacré uniquement à la numérisation d’images d’archives).

En conclusion, il faut que les institutions se libèrent de leur peur de « dire quelque chose de faux » et de leur stratégie de ne parler que d’une voix pour gérer cette peur. Il faut laisser les gens s’exprimer, au besoin en les formant et, au pire, le public corrigera.

Cela, d’autant plus que Wikipédia, c’est 12 millions de visite par jour quand la NARA, c’est 17 millions par AN; Wikipédia est la première source d’information des nouvelles générations et est beaucoup plus efficace et flexible que les sites institutionnels.

Le Wiki, les femmes et les musées

Le musée est l’endroit idéal pour examiner comment lutter contre la sous-représentation des femmes sur les projets Wikimédia.

Le musée (ici, le Center of Israeli Art) partage les pages qu’il écrit sur les artistes présents dans ses collections, pour qu’ensuite cet article soit modifié par la communauté wikipédienne ainsi que l’artiste lui ou elle-même. L’article wikipédia est ensuite en partie repris sur le site web du musée. Cela est surtout vrai pour les pages en anglais, parce que c’est une langue qui est peu maîtrisée par les personnels du musée. Des articles ont aussi été traduits en sept langues, notamment le russe et le chinois. Ce projet a notamment nécessité un Wikipédien en Résidence pendant deux mois.

La grande différence entre le site officiel du musée et Wikipédia est que le site du musée est beaucoup plus lourd à mettre à jour (besoin de faire un filtrage des mails signalant les mises à jour à faire).

L’un des gros challenges a été la procédure légale pour avoir des photos libres d’oeuvres d’artistes encore en vie ou encore de trouver des caractères unicode adaptés au mandarin, mais globalement l’institution est très contente du partenariat.

Navigation des articles